Antiquité

Egypte

Pour une costumière l’Histoire et le temps sont des données omniprésentes. Comme les peintres, nous apprenons en reproduisant les modèles anciens. Puis, une fois les techniques assimilées, nous prenons des libertés et nous inspirons d’autres domaines, la littérature par exemple. Cette robe a été réalisée pour les présélections du World of Wearable Art, concours international de costume qui se tient en Nouvelle-Zélande.

Réalisée avec un mélange de lin et de coton teinté d’or, elle s’inspire de l’Egypte Antique. Le bas de la jupe évoque les pétales des lotus sacrés se déployant sur l’eau, tandis que le haut en fourreau est composé de bandelettes croisées qui s’inspire du processus de momification. Egypte antique et mythologie vont de pair, ce qui laisse beaucoup de place à l’imagination et nous fait basculer très facilement vers la science-fiction. Revisiter le passé en mode futuriste cela donne à ce modèle un petit air de Stargate qui s’accorde parfaitement avec la pyramide du Louvre de Leoh Ming Pei.

Ces deux robes s’inspirent des déesses Nekhbet et Ouadjet, protectrices respectives de la haute et de la basse Egypte. La première tenue porte le nom de la couronne de la basse Egypte : Decheret. La seconde robe, représente Ouadjet, la déesse protectrice de la basse Egypte dont l’animal totem est le cobra.

Grèce


Personnification de la force morale, l’allégorie de la Justice est également une figure de la mythologie grecque : Thémis. La déesse grecque se présente comme une statue de marbre et de cuivre. Pour un aspect vieillit, le métal coule en vert-de-gris sur le corps de la statue tandis qu’une robe faite de tissu marbré structure le modèle.
La Justice apparait sous les traits d’une femme aux yeux bandés, symbolisant l’impartialité. Dans sa main gauche, elle tient une balance symbole de l’équité et dans la main droite l’épée de Némésis (allégorie de la Vengeance) et symbolise l’aspect répressif de la justice.

Gladiateur

De l’antiquité à nos jours le héro représente un idéal guerrier. Que ce soit dans l’Iliade ou les Avengers, le héros se distingue par ses exploits et son courage hors du commun. La cape rouge, ou « paludamentum » en latin, qui distinguait autrefois l’empereur et les généraux romains, est aujourd’hui devenue l’emblème de Superman tandis que le Capitaine America s’est accaparé le bouclier d’Achille .La toile de fond de ce montage photographique est le tableau “Destruction” du peintre américain Thomas Col. Ce tableau vient compléter la série “The Course of Empire”, qui présente l’évolution de l’Empire Romain à travers 5 oeuvres.




Rétiaire : le gladiateur revisité façon haute couture

Salomé

D’après “l’Apparition” de Gustave Moreau


Inde

Rome