Végétaux

Végétaux

D’après Alphonse Mucha, Les saisons. Les tenues de L’Été, du Printemps et de l’Automne ont été réalisées avec des éléments naturels, représentatifs de leur saisons respectives. Les feuilles de maïs et le blé pour les moissons de L’Été. Les branches de pommiers en fleurs à l’éclosion du Printemps. Les feuilles de chêne et de marronnier roussies par l’Automne.

Printemps

La robe réalisée pour cette photographie a été entièrement réalisée avec de véritables fleurs de pommiers, montées sur une structure en grillage.

Cette création éphémère n’a pas vocation à protéger le corps mais à le sublimer. L’utilitaire est délaissé au profit d’une esthétique volatile, figée grâce à la photographie, dans la lumière fugace du soleil couchant.

La beauté s’incarne parfaitement dans les  fleurs car, comme la mode, c’est une notion changeante. Et comme la nature, la mode se transforme au fil des saisons et d’une année sur l’autre, et nous montre un « éternel recommencement ».

Eté

“Sous la dure saison écrasée de soleil, homme et troupeaux se languissent, et s’embrase le pin. Le coucou se fait entendre, et bientôt d’une seule voix chantent la tourterelle et le chardonneret. Zéphyr souffle doucement, mais, tout à coup, Borée s’agite et cherche querelle à son voisin. Le pâtre s’afflige, car il craint l’orage furieux, et son destin. À ses membres las, le repos est refusé : la crainte des éclairs et le fier tonnerre et l’essaim furieux des mouches et des taons. Ah, ses craintes n’étaient que trop vraies, le ciel tonne et fulmine et la grêle coupe les têtes des épis et des tiges. “



Ce sonnet accompagne le concerto pour violon n° 2 en sol mineur, op. 8, RV 315, «L’estate». Antonio Vivaldi

Automne

Cette installation in situ, a été créée à partir des matériaux présents dans la forêt de l’Huisserie en Mayenne. L’automne ayant tapissé le sol de feuilles de chênes et de châtaigniers, c’est à partir de celles-ci qu’est naît une robe,  lien éphémère entre l’homme à la nature, la mode et l’art. C’est l’archétype de la robe-sculpture telle que je l’ai imaginé : flottant entre deux univers.

Les feuilles sont cousues ou épinglées sur une structure en papier kraft, elle-même attaché à un buste en grillage suspendu à un arbre par des fil de nylon.

Véritable performance, cette robe-sculpture a été réalisé dans un lieu public où, 5 heures durant, les passants ont pu s’arrêter pour assister à la création en direct.

La photographie a permis de figé cette installation éphémère et c’est désormais la seule trace de cette installation.

Nature