Peinture

Peinture

Admirative de la technique des grands maîtres de la Renaissance, Marie-Caroline apprend énormément en parcourant l’Italie (Florence, Rome, Venise, etc). Elle tente la peinture à l’huile mais bascule rapidement vers l’acrylique qui se révèle beaucoup plus pratique.

Elle commence par un thème classique, le portrait, puis bascule un moment dans l’abstrait géométrique inspiré de Kandinsky, à laquelle elle ajoute une touche de baroque. Les courbes dorées sont un motifs récurrents et vont s’épanouir dans des paysages oniriques.

Une Odalisque ouvre le rideau sur un monde suspendu entre l’eau et l’espace.

Un réinterprétation des Nymphéas de Monet nous laisse apercevoir une ville sous-marine dissimulé dans le reflet de l’étang de Giverny.

Tandis qu’une Vénus, inspiré de Botticelli, jaillit de l’écume et prend des allures Art Déco avec ces arabesques d’or qui fondent de sa chevelure et forment un cadre ouvragé.